Engagement environnemental

Le contre-la-montre
environnemental

Lutte contre le gaspillage alimentaire, éco-mobilité, construction passive..., pour une course en six étapes durables.

Lutte contre le gaspillage alimentaire

Mon école anti-gaspi, c'est permis ! : une expérimentation d'un an sur neuf établissements, pour réduire le gaspillage alimentaire.

J'adhère

Politique environnementale de la banque

Plan de mobilité, énergies renouvelables, valorisation financière de ses déchets, circuits courts..., la Banque Populaire Occitane s'engage pour réduire son empreinte écologique.

J'approuve

Proposition de vélos électriques en interne

Roulons plus vert ! : des transports écologiques pour les déplacements des collaborateurs.

En selle !

Domotique dans les agences

La Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté optimise ses consommations d'énergie.

Tiens, tiens...

1re agence de France en construction bois et passive

La Banque Populaire Alsace Lorraine Champagne innove avec une agence sobre en énergie.

Feu de tout bois

Nouveau bâtiment HQE

Le nouveau siège de la Casden Banque Populaire intègre les derniers standards environnementaux en matière d’économie d’énergie et de contrôle de la consommation avec l’application des normes HQE et du label Effinergie+.

Chouette !

Explorez
les autres circuits

La grande boucle coopérative

Six exemples d'actions sur

l'engagement coopératif

Le tour solidaire
 

Six exemples d'actions sur

l'engagement solidaire

Le circuit des associations

Six exemples d'actions sur

l'engagement associatif

Lutte contre le gaspillage alimentaire
Mon école anti-gaspi, c'est permis ! : un an pour réduire le gaspillage alimentaire

— Témoignage de Marion Morin, coordinatrice de l'Union régionale des CPIE Centre - Val de Loire.

Le projet Mon école anti-gaspi, c’est permis ! est né d'une rencontre avec la Fondation Banque Populaire Val de France et d'une ambition commune : réduire le gaspillage alimentaire dans la restauration collective. Il faut savoir que pour un collège de 500 convives par exemple, on estime le gaspillage alimentaire à plus de 10 tonnes par an, soit l'équivalent de 33 000 euros sur l'achat de denrées alimentaires.

Nous avons donc imaginé ensemble ce programme expérimental, que nous avons lancé le 28 mars 2019 au lycée horticole Naturapolis à Châteauroux et déployé sur 9 établissements volontaires - collèges, lycées, lycées professionnels et agricoles et Crous - dans les départements du Cher, de l'Indre et de l'Indre-et-Loire, ce qui représente environ 6 000 convives.

La méthodologie s'articule en trois temps : un audit pour observer les pratiques dans chaque établissement, un diagnostic, suivi d'un accompagnement personnalisé avec la mise en place d'actions pour atteindre un objectif final de réduction de 50 % du gaspillage alimentaire. Les résultats seront présentés en mai 2020. D'ores et déjà, nous constatons une forte mobilisation des établissements et une grande implication des élèves.

Incontestablement, la clé du succès est l'association de tous les acteurs : le chef d'établissement, le gestionnaire, le chef et le personnel de cuisine, le personnel de service et d'entretien pour le compost, les enseignants, mais aussi les parents d'élèves et bien entendu les convives qui doivent comprendre les enjeux du changement de leurs habitudes ! Des référents de chacun de ces publics se retrouvent autour d'un comité de pilotage avec les Centres permanents d'initiatives pour l’environnement (CPIE) et la Fondation d’entreprise Banque Populaire Val de France pour coordonner la dynamique pluri-acteurs de leur établissement.

L'action est pilotée par nos experts et relayée dans les établissements par la Casden Banque Populaire, très implantée dans la fonction publique, avec l'aide d'un administrateur de la Fondation Banque Populaire Val de France fortement impliqué dans le suivi du projet.

Nous travaillons au déploiement de la démarche au restaurant d'entreprise de la Banque Populaire Val de France situé à Tours qui conçoit chaque jour 600 repas, preuve s'il en est de l'implication de la banque dans le programme, qu'elle soutient via sa Fondation à hauteur de 30 000 euros.

Politique environnementale de la banque
La Banque Populaire Occitane engagée pour réduire son empreinte environnementale

— Propos de Dominique Bastrilles, département sociétariat et développement durable à la Banque Populaire Occitane.

Plan de mobilité, énergies renouvelables, valorisation financière de ses déchets, circuits courts : la Banque Populaire Occitane s'engage sur tous les fronts pour réduire son empreinte écologique.

À l'initiative du plan de mobilité inter-entreprises Héliopôle à Balma en 2011, elle a initié un dialogue constructif avec les institutions publiques et Tisséo, l'exploitant du réseau de transports en commun de Toulouse, pour obtenir des aménagements de sécurisation de l'accès au site pour les piétons et vélos, ainsi que sa meilleure desserte par les transports en commun. Douze entreprises sont aujourd'hui membres du plan de mobilité, ce qui représente 2 500 salariés, dont 500 collaborateurs de la Banque Populaire Occitane. Objectif : inciter le plus grand nombre à utiliser les transports collectifs et les modes doux pour se rendre au travail, en favorisant également les synergies avec les différentes offres de transport, comme le covoiturage.

Depuis 2011, deux sites de la banque, l'Héliopôle et l'agence de l'Ormeau à Toulouse, sont équipés de panneaux photovoltaïques et assurent une production d'énergie renouvelable de l'ordre de 260 MWh annuels.

La Banque Populaire Occitane mène par ailleurs depuis 2005 une action de tri et de valorisation financière de ses déchets (papier blanc et cartouches d'encre). Les produits de cession ont ainsi pu être reversés en 2018 à l'association Hôpital Sourire, dont elle est membre fondateur.

Enfin, convaincue que la montée en puissance des circuits courts constitue un enjeu pour favoriser un développement durable et équitable du territoire, la Banque Populaire Occitane a organisé un marché de producteurs sur le site de Balma à Noël 2018. Une initiative appelée à se développer sur les sites d'Albi et Cahors dans le cadre de la Semaine européenne du développement durable.

Proposition de vélos électriques en interne
Roulons plus vert ! : des transports écologiques pour les déplacements des collaborateurs

— Propos d'Éric Godart, chargé RSE et vie coopérative à la Banque Populaire Auvergne Rhône Alpes.

Face aux enjeux environnementaux, la Banque Populaire Auvergne Rhône Alpes affiche ses ambitions : devenir la banque de référence sur le financement de la transition énergétique sur son territoire et réduire de 10 % son bilan carbone d'ici 2020.

Dans le cadre de son plan de mobilité, elle a ainsi déployé à l'automne 2018 un dispositif de vélos à assistance électrique (VAE), en partenariat avec la start-up lyonnaise B2EBIKE, également cliente de la banque, dont le cœur de métier est d'accompagner les entreprises dans l'équipement d'une flotte de VAE. Trois vélos et bornes de chargement ont ainsi été mis à disposition sur chacun des sites centraux de Lyon et Corenc (Isère) pour permettre aux collaborateurs d'effectuer leurs déplacements professionnels, et un premier VAE vient tout juste d'être déployé en agence à Annecy.

Deuxième volet de cette action, les 3 600 collaborateurs de la banque peuvent acquérir ou louer un vélo à assistance électrique de la marque à prix préférentiel. Les premiers résultats sont très encourageants puisque 3 000 kilomètres ont été parcourus en six mois par les six vélos d'entreprise, le tout en période hivernale !

Cette initiative, issue des Trophées internes Make it simple, vient compléter plusieurs actions déjà mises en œuvre par la banque : une toiture végétalisée sur le site de Corenc, l'installation de cinq ruches, la mise en place d'une toiture photovoltaïque en agence à Voiron, la mise à disposition de bornes électriques pour les voitures en libre-service et l'ajout de deux voitures électriques dans sa flotte de véhicules à Clermont-Ferrand et à Grenoble.

Domotique dans les agences
La Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté optimise ses consommations d'énergie

— Propos de Christophe Lachat, responsable du pôle maintenance à la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté.

Certifiée ISO 50001 pour son système de management de l'énergie en novembre 2016, la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté poursuit sa démarche d'amélioration continue qui a déjà permis de réduire de 20 % sa consommation de gaz et d'électricité, et de 13 % sa consommation de carburant depuis 2013.

En parallèle du déploiement, impulsé en 2015, d'un concept d'agences bancaires conjuguant digital et proximité - les e-nov'agences -, elle a engagé un important programme de domotisation de ses agences.

La première étape a consisté à installer un système de programmation de la lumière et du chauffage connecté au boîtier de sécurité de l'agence : tout est allumé à son ouverture, coupé à sa fermeture. 82 agences sont d'ores et déjà équipées sur les 185 sites que compte la banque.

La seconde étape permet de faire évoluer ce dispositif : chaque collaborateur peut commander, via une application sur son poste de travail, le chauffage et la climatisation de chacune des pièces individuellement. Quinze agences en sont équipées. Ce système de suivi et contrôle à distance, piloté également par le siège de la banque, permet de bénéficier de statistiques fines de consommation. Les premiers résultats sont très probants, puisque les agences équipées ont fait des économies sur leurs factures de gaz et d’électricité, avec une réduction d'environ un tiers de leur consommation.

1re agence de France en construction bois et passive
La Banque Populaire Alsace Lorraine Champagne innove avec une agence sobre en énergie

— Témoignages de Jérôme Lotz et de Matthieu Claudel, chefs de projets chez HAHA Architecture.

La Banque Populaire Alsace Lorraine Champagne a confié à l'atelier d'architecture HAHA la construction de sa nouvelle agence de La Bresse, dans les Vosges. Le cahier des charges retranscrivait bien les valeurs de la banque : conforter son ancrage territorial avec une agence en centre-ville, s'inscrire dans une logique de développement durable en choisissant la construction bois et innover en allant au-delà de la réglementation en vigueur dans le tertiaire.

Nous avons transformé le site d'une ancienne station-service en un programme mixte : l'agence bancaire et trois logements locatifs. Nous avons ainsi participé à la densification urbaine du centre-ville de La Bresse en cumulant trois fonctions : habiter, consommer et travailler.

La construction bois et la mise en œuvre de matériaux biosourcés relèvent des choix sociétaux, économiques et écologiques de la Banque Populaire. Nous avons utilisé des résineux pour la charpente, la toiture, l'ossature des murs et les planchers, du hêtre pour les menuiseries intérieures et du red cedar pour le bardage. Cela permet de stocker le CO2 et de consommer moins d'énergie grise* car ces matériaux sont issus dans leur grande majorité de productions et d'entreprises de la région Grand Est.

Le confort acoustique et la protection au feu ont fait l'objet de recherches sur les techniques constructives. La mise en place de parois acoustiques horizontales et verticales entre les niveaux et entre les logements a permis d’obtenir un excellent niveau de confort acoustique.

La Banque Populaire Alsace Lorraine Champagne nous a également challengés sur l'aspect thermique du bâtiment. Nous avons travaillé sur son orientation (Sud-Est), son ensoleillement, ses ouvertures, l'équipement de ses menuiseries en bois aluminium triple vitrage, son étanchéité et son isolation afin d'aller au-delà des réglementations thermiques en vigueur. La gestion des portes blindées et des distributeurs automatiques présentait une étanchéité à l'air complexe à mettre en œuvre… Le bâtiment va prochainement être labellisé Passif BaSE (Bâtiment Sobre en Énergie), ce qui est une grande première en France pour une agence bancaire.

Nous avons également beaucoup travaillé les espaces extérieurs : les espaces de stationnement ont été réalisés sur un sol perméable et la toiture a été végétalisée pour limiter les débits de fuite des eaux pluviales. Nous avons également choisi du granit local pour réaliser des bancs et les aménagements paysagers devant l'agence, bancs qui font également office de protection anti-voiture bélier.

Avec ce bâtiment, la Banque Populaire Alsace Lorraine Champagne a mis la barre très haut. Nous attendons qu'elle poursuive cette ambition avec, pourquoi pas, une future agence en matériaux paille.

* L’énergie grise correspond à la dépense énergétique totale pour l'élaboration d'un matériau, tout au long de son cycle de vie, de son extraction à son recyclage en passant par sa transformation. Cette énergie est aujourd'hui un critère de choix pour toutes les constructions réalisées dans le cadre d'une démarche HQE (Haute Qualité Environnementale).

Nouveau bâtiment HQE
La Casden Banque Populaire certifiée et labellisée

— Propos de Véronique Leterrier, directrice de l'administration générale à la Casden Banque Populaire.

Le 12 mars 2018, la Casden Banque Populaire s'est installée dans son nouveau siège social, Solaris, à Champs-sur-Marne (77), un bâtiment conçu par l'agence d'architecture COSA Colboc Sachet architectures à la demande du promoteur Les Nouveaux Constructeurs.

Situé à la sortie de la gare du RER A de Noisy-Champs, futur pôle multimodal du Grand Paris Express (lignes de métro 15 et 16 annoncées pour 2024), le siège de la Casden s'inscrit dans un projet urbain d'envergure porté par les collectivités locales et EPAMARNE, établissement public d'aménagement de Marne-la-Vallée.

Ce bâtiment de 14 000 m² sur 6 étages affiche les derniers standards environnementaux en matière d'économie d'énergie et de contrôle de la consommation avec l'application des normes HQE et du label Effinergie+. À cela s'ajoutent la certification NF-HQE Bâtiments Tertiaires et le Label HQE Passeport excellent qui traduisent la volonté forte de la Casden de poursuivre son engagement pour la transition énergétique et de s'inscrire de manière pérenne dans les normes environnementales existantes ou à venir. Des moyens techniques ont été installés afin de réaliser des analyses et ainsi pouvoir concevoir des indicateurs de pilotage.

Favorisant la transversalité, les échanges et les nouvelles méthodes de travail collaboratives et participatives, le bâtiment est modulable et adaptable. Il a été conçu pour offrir aux 450 collaborateurs qui s'y sont installés un haut niveau de qualité de vie au travail et un environnement propice à l'épanouissement professionnel.